Pour une parole libre & engagée

Séparatisme: vers une loi d’exception contre les musulmans?


La loi dite « contre le séparatisme » est sans aucun doute, le projet politique phare de cette rentrée. 

Il permettra, non seulement au gouvernement en place, de chasser sur les terres de l’extrême droite, mais également de faire oublier sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire toujours en cours. 

Quoi de plus efficace pour faire diversion, que de verser dans le populisme? 

Des certificats de virginité, à une charte de la laïcité pour les associations, en passant par la fin des Imams détachés, l’État ne recule devant aucun amalgame pour arriver à ses fins. 

On ne versera donc pas dans le complotisme en affirmant clairement que les musulmans sont les (seules) cibles de cette loi d’exception aussi délirante que stigmatisante. 

S’agissant dans un premier temps des certificats de virginité, qui précisons-le, sont déjà interdits par l’ordre des médecins, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin reconnaît lui-même qu’ils concernent une poignée de personnes sur l’ensemble du territoire. 

Sur les réseaux sociaux, de très nombreux professionnels de santé ont par ailleurs fait savoir qu’ils n’avaient jamais été sollicités pour de telles requêtes.

Quel est donc l’intérêt pour le gouvernement, de légiférer sur un élément vraisemblablement marginal, voir inexistant, si ce n’est pour jeter l’opprobre injustement sur tout un pan de la communauté nationale? 

Vient ensuite la « charte de la laïcité », toute aussi contestable. Les associations seront tenues de la signer, à défaut de quoi leurs subventions seront supprimées par les autorités pointant du doigt des « dérives » jugées « communautaristes ». 

Qu’arrivera-t-il aux structures installées dans les quartiers populaires et qui proposent notamment des cours d’alphabétisation? Va-t-on les accuser de communautarisme dans la mesure où elles accueillent en majorité des femmes issues de l’immigration? 

Ce soupçon permanent qui pèse sur les acteurs associatifs est indigne d’une République qui se veut inclusive. 

Et puis vient enfin le pan du projet de loi contre le séparatisme, qui vise à sanctionner et poursuivre de prétendus « imams qui appellent à lapider des femmes qui mettent du parfum » sur les réseaux sociaux. 

Après maintes recherches, personne n’a jamais trouvé aucune trace d’un quelconque propos de cet acabit de la part d’un imam français. 

Évidemment, il n’existe pas plus que les élèves qui refuseraient de s’assoir sur du mobilier rouge à l’école… 

Cette loi contient donc des axes dont on sait aujourd’hui qu’ils ne sont destinés qu’à faire diversion et contribuent à pointer du doigt les communautés musulmanes comme ayant des agissements contraires à toute civilité. 

Le discours d’Emmanuel Macron, prévu sur le sujet le 2 octobre prochain, pourrait de facto lui faire perdre le peu dé capital électoral qui lui reste dans les quartiers populaires et parmi les minorités musulmanes… 

2 Commentaires

    Incognitos

    24th Sep 2020 - 11:14

    C’est vraiment choquant je suis aux lycée je me sens bien,je respecte la loi,je mets pas de Keffieh à mon lycée,je suis bien avec mes camarades non musulmans et puis ont propose cette loi issus d’une blague de l’extrême droite,Aucun Imam ne dirais ce genre de propos sur les femmes et certificat de virginité j’en parle même pas à G.Darmadin on à jamais dit un certificat de culpabilité de viol à que je sache,on veut nous stigmatiser pour notre croyance pour séparatisme whoah je pense qui n’a pas besoins d’islam pour que la France se sépare de ses principes

    Julien l'Apostat

    27th Sep 2020 - 20:10

    Amusant à lire…la victimisation est un art :
    -« Quel est donc l’intérêt pour le gouvernement, de légiférer sur un élément vraisemblablement marginal, voir inexistant, si ce n’est pour jeter l’opprobre injustement sur tout un pan de la communauté nationale? »
    –> Vous supposez donc que 1/ parce qu’une affaire est marginale, il ne faut pas légiférer (mais pourquoi si la cause est bonne, comme c’est le cas ici?) 2/le certificat est donc intrinsèquement lié à la croyance islamique puisque sans cela les musulmans n’auraient aucune raison de se sentir viser.

    -« Qu’arrivera-t-il aux structures installées dans les quartiers populaires et qui proposent notamment des cours d’alphabétisation? Va-t-on les accuser de communautarisme dans la mesure où elles accueillent en majorité des femmes issues de l’immigration?  »
    –> Encore un grand moment…Qu’est-ce que empêche de signer la charte pour continuer son activité. Peut-être parce que ces associations en réalité ne respecte pas la laïcité ? En somme, une fois encore vous sous-entendez que l’immigration (ici) serait hostile à la laïcité et que les associations se servent de leur statut pour y contrevenir.

    Là où c’est magique c’est qu’en un texte vous venez de prouver, à vous lire, l’incompatibilité de l’islam/immigration avec la république. Bravo. Quelle démonstration.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Bienvenue parmi nous!

    •  À l’heure où les médias mainstream se bornent à véhiculer le discours dominant et à parfois criminaliser les avis divergents, nous avons créé ce blog, pensé comme un espace engagé et libre.

     

    • Vous y retrouverez des articles, tribunes, écrits d’opinion sur divers sujets d’actualités comme les violences policières, l’islamophobie ou encore la lutte pour l’égalité.

     

    • Nous vous souhaitons la bienvenue et sommes ravis de vous compter parmi nos lecteurs!
×